Des médicaments dans les eaux des pays en voie de développement ?

5 février 2016 – par Anne Carabin

Pourquoi l’assainissement a-t-il un impact à grande échelle ?

L’assainissement est un droit humain essentiel et de première importance en matière de santé publique. Selon l’Organisation mondiale de la santé, en 2015, 2,4 milliards de personnes n’avaient pas accès à des installations sanitaires. Depuis 1990, la proportion de la population mondiale ayant accès à des installations améliorées est passée de 54% à 68% mais les pays en voie de développement n’ont toujours pas accès à des systèmes d’assainissement appropriés.

Assainissement

Un manque d’assainissement entraîne la transmission de maladies telles que le choléra, l’hépatite A, la fièvre typhoïde, les vers intestinaux et la polio, mais contribue aussi à la malnutrition. Dans un tel contexte, la nécessité d’implantation de systèmes d’épuration pour les pays en voie de développement est souvent considérée uniquement pour diminuer les risques de maladies hydriques.

Les installations sanitaires préviennent les maladies hydriques mais diminuent aussi la présence de contaminants dans les eaux. De nombreux polluants sont susceptibles d’être détectés dans les eaux et la présence de résidus pharmaceutiques est une problématique émergente. Depuis approximativement deux décennies, des traces de composés pharmaceutiques ont été détectées dans les pays développés (Heberer, 2002) et désormais, les pays en voie de développement ne font plus exception à la règle.

Comment expliquer la présence de médicaments dans les eaux ?

La présence de médicaments dans les eaux est principalement causée par la consommation, puis l’excrétion de ces composés par la population.

DrugPortal

Plusieurs facteurs sont déterminants pour la présence de ces médicaments dans les eaux :

  1. Démographie
  2. Accès à des systèmes de santé
  3. Industrialisation
  4. Connectivité aux systèmes d’assainissement
  5. Milieu récepteur (environnement)
  6. Disponibilité et efficacité des structures de réglementation.

Les antibiotiques sont-ils un cas particulier ?

Dans une récente étude, la présence de 18 antibiotiques a été étudiée dans plusieurs pays tels que le Ghana, le Kenya, le Mozambique et l’Afrique du Sud puis comparée avec 22 autres pays (Segura et al., 2015). L’antibiotique sulfanomide a été le composé le plus souvent détecté, probablement dû à son bas prix et à son utilisation courante pour certaines infections intestinales, pour la listériose, la diphtérie, etc. Plus particulièrement, la présence de ces composés antimicrobiens dans les eaux est une problématique importante puisque les bactéries sont susceptibles de développer une résistance particulière lors d’expositions répétées.

Comment les produits pharmaceutiques se retrouvent-ils dans les eaux des pays en voie de développement ?

L’inégalité des revenues a un grand impact sur la présence de ces antibiotiques dans les eaux. Les traitements d’épuration conventionnels permettent généralement d’éliminer ou d’enlever 10 à 90% des antibiotiques présents initialement dans les eaux usées. Cependant, le manque d’épuration dans les pays en voie de développement est la principale raison contribuant à la présence de résidus médicamenteux dans les eaux. Ce déficit d’infrastructures appropriées rend ces pays plus vulnérables à la contamination des eaux comparativement aux pays développés où globalement 99.9 ± 0.1 % de la population ont accès à des systèmes de traitement.

Conclusion

L’accès à l’assainissement est un besoin vital et critique pour la santé publique qui permet de prévenir à court terme les maladies liées à la contamination des eaux. Par ailleurs, à long terme, l’épuration des eaux usées permet aussi de réduire les risques liés à la consommation d’eaux contaminées par des bactéries résistantes à certains antibiotiques couramment consommés. Ainsi, l’assainissement doit s’inscrire comme une prérogative essentielle à court et long terme pour une gestion durable de la santé publique dans les pays en voie de développement !

Références

Heberer, T. (2002). Occurrence, fate, and removal of pharmaceutical residues in the aquatic environment: a review of recent research data. Toxicology letters, 131(1), 5-17.

Segura, P. A., Takada, H., Correa, J. A., El Saadi, K., Koike, T., Onwona-Agyeman, S.,& Yargeau, V. (2015). Global occurrence of anti-infectives in contaminated surface waters: Impact of income inequality between countries.Environment international, 80, 89-97.

Read this page in: Anglais