Considérez-vous l’eau comme un cadeau de la vie ?

25 février 2015 – Par Clare Esler, Bénévole d’Ecoloodi 

En janvier 2011, j’ai passé six mois dans la campagne du Nicaragua dans le cadre d’un stage pour un Eco-hôtel et une école espagnole appelée La Mariposa. Durant mon séjour là-bas, la préservation et la protection de l’eau m’ont été enseignées en observant et en appliquant leur style de vie. C’est une expérience que je n’oublierai jamais et qui m’a ouvert les yeux sur les aspects sacré et vivant de l’eau !

Nicaragua is called the land of lakes and volcanoes

Eau et écosystèmes

L’école espagnole, La Mariposa, était fière de promouvoir la conservation des écosystèmes grâce à de nombreuses activités telles que l’agriculture biologique et la préservation de la nature. Installée au milieu d’une forêt tropicale, l’école était entourée de nature avec ses magnifiques oiseaux volant de branche en branche, les poules se promenant à l’extérieur de la salle à manger remplie d’invités, les papillons flânant dans les alentours, les palmiers se balançant au vent et les geckos verts fluorescents grimpant au mur. L’eau était bien sûr essentiel pour garder toutes ces espèces vivantes.

La crise de l’eau et le quotidien dans la campagne de Nicaragua

Malheureusement, jusqu’à ce jour, l’aquifère du Nicaragua a du mal à se remplir à son maximum. Le pays fait face à de nombreux problèmes tels que les ateliers de confection de vêtements qui reposent sur l’eau et la déforestation massive causant l’érosion.

Nicaragua's water resources are drying up

Après un moment, j’ai commencé à remarquer comment cette crise de l’eau affectait ma routine quotidienne, principalement pour me laver. Venant du Canada, j’ai grandi avec le privilège de pouvoir prendre des douches chaudes de vingt minutes. J’ai donc été sans voix quand on m’a montré le sceau d’eau et comment ça « fonctionnait ». L’eau arrive aux maisons par des tuyaux et des barils bleus sont remplis toutes les semaines. Dans une toute petite pièce où je pouvais tout juste me tenir debout, je me lavais avec un sceau d’eau tiède ou chaude, préparée tous les jours par ma famille d’accueil. J’ai commencé à rester moins longtemps dans ma nouvelle « douche », prenant conscience de la petite quantité d’eau dont nous avons réellement besoin pour nous laver. Durant la saison chaude et sèche, la chaleur était brûlante et le sceau d’eau froide était la chose que j’attendais avec impatience après une dure journée de travail. L’expérience de me laver est devenue un moment sacré !

En plus des douches, je n’aurais jamais penser pouvoir m’extasier devant les qualités incroyables des toilettes, et pourtant, je le faisais à chaque fois que j’accueillais les nouveaux arrivants de l’hôtel et que je leur présentais leurs latrines. Les latrines sont des choses incroyables – elles ne demandent pas d’eau et elles sont faites d’argile qui permet de les garder fraîches et propres. Comme celles de La Mariposa, elles peuvent être construites dans un adorable cabanon en bambou – écologique, privé et confortable !

Il y a de l’espoir…

Je n’ai jamais autant vécu en fonction des saisons que lors de mon séjour au Nicaragua et autant apprécié la pluie que quand j’étais assise avec mon thé, blottie dans la salle à manger, à la regarder tomber férocement sur les palmiers géants. J’ai rapidement fait la connexion entre cette pluie et la vie qu’elle permet de créer et maintenir dans la nature.

J’espère que l’humanité va continuer de construire des communautés, des écosystèmes et des installations sur notre planète comme celle là, qui démontre comment l’eau apporte la vie. Je soutiens fortement l’éducation sur l’aspect précieux de l’eau. Et vous ?

Read this page in: Anglais